Les spectacles > L’ETOURDI de Molière

Résumé

Lélie est amoureux de Célie, la belle esclave retenue par le vieux Trufaldin. Comment arracher l’aimée des griffes de son geôlier quand on est un jeune homme désargenté, sans imagination, et menacé par des rivaux plus ingénieux ? C’est Mascarille, valet aux ressources infinies, qui sera chargé de cette mission. Mais c’est sans compter sur l’ingénuité et la maladresse de son maître qui, 10 fois de suite, va détruire l’ouvrage du serviteur. Seul l’auteur va mettre fin à cette spirale infernale en déclenchant arbitrairement un dénouement heureux, à grand renfort de reconnaissances propices.

Un comique de répétitions

Molière met au centre de sa dramaturgie un personnage monomaniaque  : Lélie et ses bévues. C’est un inconscient qui ne voit rien de ce que le public sait ; de cette distance entre lui et nous naît le sentiment de supériorité du spectateur et l’euphorie comique devant les maladresses inévitables.

« Quand nous serons à dix, nous ferons une croix » dira Mascarille.

Cette composition mécanique et répétitive vient de la farce et de la commedia dell’arte. Chaque stratagème est détruit par une gaffe de Lélie. La tension monte, mais malgré son exaspération, le valet prépare un nouveau ‘’numéro ’’ plus audacieux que le précédent, jusqu’à la chute attendue.

Parfois le rire peut devenir inquiétant tant est grande la persévérance que met Lélie à détruire tout ce que Mascarille construit pour lui. Le spectateur, le sourire aux lèvres, se laisse ballotter entre espoir et consternation. Le jeu finira quand Molière le voudra.

Mise en scène : Catherine Delattres

Collaboration artistique : Maryse Ravera

Décor : Ludovic Billy

Costumes : Corinne lejeune

Régies : Didier Boulland

Avec : Bernard Cherboeuf, Nicolas Dégremont, Florent Houdu, Angelo Jossec, Lisa Peyron et Lauren Toulin.


Création en plein air à Rouen en juillet 2014.
Reprise en salle en octobre 2014

Dossier de presse | 1.6 Mo