Les spectacles > LA CANTATRICE CHAUVE d’Eugène Ionesco

Je viens de mettre en scène Chat en poche, pièce du jeune Feydeau où déjà éclate son goût pour le déraisonnable et le jeu gratuit.
Dans son oeuvre, le dramaturge a poussé si loin les limites de la fantaisie que le surréalisme et le théâtred’avant-garde se réclamèrent de lui.
Ionesco voyait “une grande ressemblance” entre son théâtre et celui de Feydeau : même jubilation devant des personnages égarés dans une farce qui les dépasse, même goût de l’irrationnel et de l’extravagant.
A l’automne 2009, je mettrai en scène La Cantatrice chauve, la première pièce de Ionesco, son anti-pièce. J’ai eu envie de travailler une fois encore sur le non-sens et la dérision avec cette oeuvre-phare qui ne cesse d’échapper à toute définition : drame burlesque ? Farce métaphysique ? Tragédie du langage ?

Catherine Delattres

Mise en scène : Catherine Delattres
Scénographie : Ludovic Billy
Costumes : Corinne Lejeune
Lumières : Jean-Claude Caillard

Avec : Gaëlle Bidault, Gwen Buhot, Sophie Caritté, Bernard Cherboeuf, Nicolas Dégremont, Jean-François Levistre.

Création au Théâtre Mondory de Barentin (76)
le 06 octobre 2009

Dossier de presse | 411 ko